Annuaire 1989-1990

Sémantique des systèmes représentatifs

M. Louis MARIN, Directeur d’études


Le séminaire de cette année a trouvé son point de départ dans les thèmes de recherche qui avaient été évoqués au terme du séminaire de l’an dernier, ceux d’une écriture et d’une figurabilité mystiques de renonciation dans l’art et la littérature de la fin du XVIe siècle. Une double scène « originaire » de l’écriture et de la figuration mystiques a été d’abord et plus précisément étudiée dans les images et les textes : celles de la venue des femmes au tombeau trouvé vide du corps divin qu’il devait contenir, groupe féminin dont se détache la figure de la Madeleine. L’autre scène est moins d’origine que d’identification au corps divin ; il s’agit de celle du désert comme lieu de la voix de prédication, celle du dernier prophète, Jean le Baptiste.

C’est à ce dernier motif du désert que le séminaire a été ensuite plus particulièrement consacré, (avec ses deux grandes figures que sont la Madeleine et Jean Baptiste) et les notions qui lui sont spécifiquement liées : confession et pénitence, conversion, vision et extase. Un très riche corpus littéraire, pictural et plastique a été constitué : A. Carrache, Le Gréco, Réni, Lanfranco, La Tour, Velazquez, Ribeira, etc., d’un côté, Baronius, Cortez (1693) Stengelius (1622), les poètes de l’« humanisme dévot », César de Notre Dame (1606), le P. de Saint Louis (1668), Desmarets (1669), Martial de Brives, etc., de l’autre.

La dernière phase du séminaire a traité du paysage de désert au XVIIe siècle en littérature et en peinture et des thèmes de la retraite, de la solitude et du silence qui paraissaient liés à la représentation du désert. À partir des réflexions sur la constitution d’un « genre de peinture » de paysage dans l’art flamand et plus généralement nordique, a été discutée une définition à la fois historique et structurale du désert et tentée une typologie des représentations de désert, en relation avec celles de la retraite, pour construire la notion de « paysage spirituel » du désert. Nous avons particulièrement étudié à cause de son importance politique et religieuse l’ Élévation de sainte Madeleine de Bérulle écrite pour la reine Henriette d’Angleterre, épouse de Charles Ier (1629). Dans le domaine artistique, nous avons étudié le « paysage spirituel » du désert sur les quatres grands paysages peints par Philippe de Champaigne pour le Val de Grâce (1656-1657) : une comparaison a été faite avec la série des Quatre Saisons de Poussin. Le séminaire s’est conclu sur une étude d’inédits de Saint-Cyran portant sur le silence, la retraite et la solitude, ce qui nous a permis de revenir à la problématique initiale concernant le sujet de renonciation mystique (comme moi « déserté »).

J’ai par ailleurs effectué plusieurs missions de recherche et d’enseignement à l’étranger : à l’Académie des Beaux Arts de Genève, à l’Université de Lisbonne, département de littérature comparée, au colloque international « Il Ritratto e la memoria », Université La Sapienza, Académie de France à Rome, au colloque international « L’iconologia e oltre », Université de Palerme, à Montréal, à l’Université Concordia et à l’Université du Québec, à l’Université John Hopkins,Baltimore, à l’Université de Berkeley, à l’Université d’Oslo, au colloque international « Documentary Culture 1580-1662 in Florence and Rome » à Florence.

Publications

- Articles ou contributions
« L’architecture du Prince. Le lieu de pouvoir : Versailles », Journal of the Faculty of Letters (University of Tokyo), 1989, vol. 14, 1989. — « Voix et énonciation mystique : sur deux textes d’Augustin et de Pascal », Littératures classiques (Toulouse), 1990, n° 12 : La voix au XVIIe siècle. —« Rhetorics of Truth : Justice and Secrecy in Pascal’s text », Argumentation : An International Journal of Reasoning, 1990, vol. 4, n° 1. — « Déposition du temps dans la représentation peinte », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 1990, n° 41 : L’épreuve du temps. — « Reliques, représentations, images : le cycle Saint Gervais, Saint Protais, 1657 » in L’Idolâtrie. Rencontres de l’École du Louvre, La Documentation française, 1990. — « La critique de la représentation théâtrale à Port-Royal : commentaires sur le Traité de la Comédie de Nicole » in Continuum : Problems in French Literature from the Late Renaissance to the Early Enlightment, vol. 2 : Rethinking Classicism : Textual Explorations, New York, AMS Press. — « L’œuvre d’art et les sciences sociales » in Encyclopaedia Universalis : Les Enjeux, 1990, vol. 2. — « Les traverses de la vanité » in Alain Tapié et al., eds, Les Vanités dans la peinture du XVIIe siècle, catalogue de l’exposition au Musée des Beaux-Arts de Caen, 27 juil.-15 oct. 1990. Caen, 1990.

- Ouvrage

  • Opacité de la peinture : essais sur la représentation au Quattrocento, Paris, Usher, 1989, 260 p.

Philosophie et sciences sociales

Séminaire collectif sous la responsabilité de
MM. Jacques DERRIDA et Louis MARIN, Directeurs d’études

Consacré au thème général de l’autorité et de la domination, le séminaire a accueilli les communivations suivantes :
- Yves Hersant : G. Bruno : un auteur en quête d’autorité ;
- Louis Marin : Force, justice, vérité chez Pascal ;
- Fernando Gil : La pierre-de-touche chez Kant ;
- Patrice Loraux : Sur l’idée d’une pensée plus puissante qu’une autre ;
- Catherine Pechanski : L’historiographie grecque : pensée forte -pensée faible ;
- Nicole Loraux : Le dialogue e(s)t la raison du plus fort ;
- Viviane Alleton : Tradition et autorité : le texte de Confucius ;
- Jacques Derrida : Force de loi ; fondation mystique de l’autorité : sur Benjamin La critique de la violence.