Annuaire 1984-1986

Sémantique des systèmes représentatifs

Directeur d’études : M. Louis MARIN


Compte rendu d’enseignement

En 1984-1985, la recherche entreprise les années précédentes sur la généalogie de la notion de sublime à l’époque moderne a été poursuivie et achevée. L’essentiel du cours a été consacré à l’examen de deux figures fondamentales du sublime – entendu comme la représentation de l’irreprésentable – la tempête et le monstre, dans des œuvres figuratives et littéraires du XVIe et du XVIIe siècles et principalement dans l’œuvre de Nicolas Poussin. On a consacré une étude minutieuse au Grand paysage de tempête avec Pyrame et Thisbé du Musée de Francfort et à la lettre du peintre qui en fait la description. Une attention particulière a été accordée aux problèmes du coloris dans ce tableau à partir de l’hypothèse d’une mise en récit d’une palingénèse des couleurs du blanc au noir par le rouge – ceci en référence au texte des Métamorphoses d’Ovide qui a été analysé notamment dans ses références au second stoïcisme. À partir de cette étude, une hypothèse générale a été élaborée : la « représentation » de la tempête ou du monstre mettrait en question la loi de variation qui est au fondement de l’esthétique poussinienne et au-delà d’elle de l’esthétique classique. Cette hypothèse de grande ampleur – notamment pour l’avenir de la notion de sublime au XVIIIe siècle, chez Kant et les romantiques en particulier – a été éprouvée sur des œuvres fonctionnant en duo (ex. Orage et Temps calme), en quatuor (le Déluge et les Saisons), en septuor (les Sept Sacrements).

Le séminaire a été consacré, dans le cadre plus général de l’élaboration d’une théorie du portrait comme ensemble de procédures d’identification du sujet comme Moi, à une étude de la représentation du sujet politique et de ses enjeux politiques et idéologiques aux XVIe et x XVIIe siècles en Europe.

En 1985-1986, ce sont les thèmes du séminaire 1984-1985 qui ont été mis au premier plan de la recherche et qui ont fait l’objet du cours plus spécifiquement consacré aux programmes iconographiques du Prince en Italie et en France aux XVIe et XVIIe siècles. Une attention particulière a été accordée à la représentation du Prince en acteur de l’Histoire et ce, sur un corpus fourni par les dix-sept tapisseries de l’Histoire du Roy. Quelques modèles d’analyse ont été élaborés, notamment le modèle théâtral qui permet de définir le double dispositif de la représentation du Prince : scénique, et c’est la construction de l’acte du roi dans son événement historique ; et scénographique, et c’est la mise en scène de cet acte dans ses effets sur le spectateur et d’abord sur le premier d’entre eux, le Roi lui-même. Le lien avec les recherches de l’année précédente a été souligné avec l’élaboration d’une « théorie » du sublime politique du Prince représenté en Monarque absolu. Le grand portrait de Louis XIV par Rigaud a été étudié dans cette perspective ainsi que son « envers », le Journal de la Santé de Louis XIV par ses principaux médecins. Ces recherches se poursuivent en liaison avec l’ATP du CNRS « Genèse de l’État moderne ».

Le séminaire a été consacré à l’étude des notions de variété, variation et diversité dans les textes des théoriciens de l’art et de la littérature au XVIe et au XVIIe siècles : ces notions ont été plus particulièrement travaillées chez Pascal et Leibniz et dans la représentation picturale de paysage pendant la même période.

Publications

Articles
« Die Fragmente Pascals », Fragment und Totalität, in Lucien Dällenbach & Christiaan L. Hart Nibbrig, eds, Fragment und Totalität, Suhrkamp, 1984. — « The Gesture of Looking in Classical History Painting », History and Anthropology, 1984, vol. 1. — « Le roi mélancolique », Silex, 1984, n° 27-28 : Le Roi. — « Bodies and Signs in Autobiography : Stendhal’s Life of Henry Brulard », Modern Language Notes, 1984, vol. 99, n°4.— «  Le discours comme norme de l’institution  : Commentaires pascaliens sur la force, la justice et le pouvoir-discours  », in Marc Michel, ed., La Théologie à l’épreuve de la vérité, Éd. du Cerf, 1984, «  Travaux du Centre de recherches interdisciplinaires en théologie  ». — «  Visibilité et lisibilité de l’histoire  : à propos des dessins de la colonne Trajane  », in Caesar Triumphans : rotoli disegnati e xilografie cinquecentesche da una collezione privata parigina, catalogue de l’exposition. Florence, Institut français, 1984. — «  Le corps pathétique du roi  : sur le Journal de la santé du roi Louis XIV », Revue des Sciences humaines, 1985, vol. 69, n° 198  : Médecins et littérateurs. — « Deux notes sur la “fin de l’histoire” de Kojève », Traverses, 1985, n° 33-34 : Politique fin de siècle. — « La raison du plus fort est toujours la meilleure », in H. Parret, H.-G. Ruprech & J. Coquet, eds, Exigences et perspectives de la sémiotique. Recueil d’hommages pour Algirdas J. Greimas/ Aims and Prospects of Semiotics  : Essays in Honor of Algirdas J. Greimas. J. Benjamins, 1985, vol. II. — «  Le sublime dans les années 1670  : un “je ne sais quoi ?”  », Biblio 17, 1986, n° 25  : Actes de Baton Rouge. — « Fragments d’histoires de musées », Cahiers du Musée national d’Art moderne, 1986, n° 17-18 : L’Œuvre et son accrochage. — « Théâtralité et politique au XVIIe siècle : sur trois textes de Corneille », in Jean Serroy, ed., La France et l’Italie au temps de Mazarin, 15e colloque du Centre méridional de rencontres sur le XVIIe siècle, 25-27 janv. 1985. Presses univ. de Grenoble, 1986. — « Sur une tour de Babel dans un tableau de Poussin », in Jean-François Courtine et al., eds, Du Sublime, Belin, 1986. — « Le Menteur ou la variation des noms et des corps », Comédie française, 1986, n° 145-146. — « Transfiguration in Raphaël, Stendhal and Nietzsche », Stanford Italian Review, 1986, vol. 6, n° 1-2 : Nietzsche in Italy, ed. T. Harrison. — « La Maddalena penitente di Domenico Tintoretto, ovvero i godimenti dello sguardo  », in Marilena Mosco, ed., La Maddalena tra sacro e profano  : da Giotto a De Chirico. Florence, Casa Usher, 1986. — «  “Une ville, une campagne, de loin…”  : paysages pascaliens », Littérature, 1986, n° 61  : Paysages. — «  In Praise of Appearance  : The Art of Describing. Dutch Art in the Seventeenth Century by Svetlana Alpers  », October, 1986, vol. 37.

Ouvrage
- La Parole mangée, et autres essais théologico-politiques. Paris, Klincksieck, « Méridiens », 1986, 252 p.